Publié dans Perles d'élèves & école

Le mot des parents – 8

Mot_Parents_Reveil_2

C’est important le sommeil pour les enfants…

gastonlagaffe-com-08_dormirSource image : www.gastonlagaffe.com

Les autres mots des parents sont ICI

Publicités

94 commentaires sur « Le mot des parents – 8 »

  1. Le mien manquerait l’école souvent alors 😉 Ce n’est pas aussi le rôle des parents de s’assurer que les enfants se lèvent pour aller à l’école? 😉

  2. non .. tu as vraiment reçu ce mot là ? Le genre de trucs que je n’oserais pas faire .. c’est effectivement le rôle des parents de veiller à ce que leurs enfants se lévent mais aussi se couchent à une heure raisonnable …

    1. Malheureusement si !
      Je suis dans un quartier difficile où les parents ne répondent pas forcement toujours présents !
      Ce n’est malheureusement pas mon premier mot çà ce sujet : le premier est ICI et le second !

    1. Tu résumes bien la situation !
      Difficile d’avancer dans les apprentissages quand certains repères ne sont pas présents pour eux !

  3. Excuse vraie ou excuse bidon? car apres tout c’est peut etre les parents qui se sont couches tard et le gosse n’a pas de reveil?…..
    Enfin bon faut oser ecrire ca!

  4. Ils sont forts les parents je n’oserais vraiment pas ! ils sont sûrs que ce n’est pas un problème de leur réveil à eux aussi ? ils sont sensés s’assurer que les enfants se lèvent à temps après tout non ? ils sont vraiment forts ces parents.

  5. Huuuu le ridicule et la honte ne tue plus 😮
    J’étais partie sur un com à rallllllongessssss, 😮 STOPPP 😉
    Je ferais peut-être un article, car j’ai beaucoup à dire sur cette aberration, ce ratage épouvantable des parents démissionnaires!!!

  6. Une mère m’a prévenue qu’elle ne me mettrai pas son fils mardi car mes collègues maitresses de ses 2 autres enfants, faisaient grève et qu’elle n’allait quand même pas le réveiller alors que les autres dormiraient…

        1. Il faudrait que tu regardes les mots précédents (lien en bas du billet) car c’est déjà la troisième excuse de ce type !

        2. bah j’vais avoir le temps, j’suis prolongée … j’arrive toujours pas à respirer 😦 saleté de bronchite asthmatiforme !!!

        3. Pas de chance !
          Ici les crobes ont tourné par nous 4 et j’ai encore du mal avec le reste des miens !

        4. Sphère orl bien prise et soignée dans un premier temps sans antibiotiques !
          Une semaine après, guère de progrès et donc antibiotiques… Grr !

        5. c’est ton rôle de visiteur médical à distance aussi ?! bah envoie moi des potions magiques, parce que j’en peux plus d’être dans cet état !

        6. bah non j’suis en vacances … oup’s ! enfin, comme je me suis culpabilisée, me suis connectée à distance pour gérer les urgences … mais j’étais vraiment très mal !

  7. Non mais quand je dis que trop de parents démissionnent devant leurs momes… c’et quand même assez incroyable !
    Et comme le dit Thalie, je n’oserai jamais faire un mot comme ça !
    Là ils ne pourront plus être pris au sérieux ces gens là !

      1. Tu vois c’est exactement ça qui me défrise
        Autrefois, il y avait une forme de respect.
        Aujourd’hui, tu es instit, tu te dois de faire respecter certaines règles et de l’ordre maisssss aujourd’hui les parents viennent se plaindre pour un oui ou un non
        Il y a une exagération de tout dans cette société qui me sidère… Autant l’école anglaise du 19′ siècle était bien trop dure et violente autant aujourd’hui on ne peut rien faire rien dire…
        Les gens sont devenus égoistes. Le soulèvement pour charlie m’a étonnée car dans la vie de tous les jours, ces mêmes personnes sont incapables d’autre chose que d’égoisme…

        1. Une impression que l’école devient un produit de consommation ! Tu n’aimes pas, tu viens râler, tu veux changer, tu ne veux plus certaines choses, tu voudrais cela et tu viens quand tu veux !

        2. Quand j’assistais aux réunions avec instit et parents, puis prof en collèges et parents, j’étais toujours celle qui faisait remarquer aux parents « idiots » que l’école n’était pas le Club Med… quand je voyais certains regards, je me disais qu’on était fouttus…
          bref….

        3. Aujourd’hui Cadette a repris les cours, mais l’hiver a fait rage et ils étaient nombreux à être malades. Résultats, il manquait 3 garçons et 1 nana bien connus pour être de vrais « branleurs perturbateurs avec des parents aussi niais que leurs rejetons ». La conclusion ? Cadette m’a dit qu’elle n’avait jamais aussi bien travaillé !! C’est tout dire !

        4. Je t’avoue que je suis à deux doigts d’y mettre mon grain de sel au prochain conseil de classe…
          C’est pénible et pour les élèves qui veulent bosser -surtout quand ceux ci rencontrent des difficultés et qu’ils veulent obtenir de meilleurs résultats- mais aussi pour l’enseignant qui est usé à la longue de répéter les mêmes mises en garde tout en sachant que de toute façon ça ne marchera pas.
          je viens d’apprendre qu’un des profs du collège a été viré !!! Il était trop dur avec soi disant les élèves. Fiston l’ayant eu comme prof, on était estomaqués car c’était un mec bien. Mais avec le temps, je pense que les neurones ont grillé… et ça on ne le dénonce pas suffisamment !

  8. Ca, ça sent le gamin qui doit se lever seul pour partir à l’école et qui ne voit pas ses parents de la journée (puisque le mot est écrit le lendemain). Les parents n’ont peut-être pas le choix, mais pauvre gosse …

      1. Toi tu connais la famille et sais s’ils se f**tent du monde ou pas, mais pour nous qui ne connaissons pas leurs conditions de vie je trouve les commentaires bien durs ! Tant mieux si personne n’est obligé de partir bosser à 6 heures en laissant ses enfants seuls (cela n’a jamais été mon cas et je m’en réjouis, mais ce n’est pas pour rien que les lignes de tram commencent à circuler bien avant l’aube …), … et j’aimerais bien savoir qui n’a pas été obligé un jour ou l’autre de coucher ses enfants bien plus tard que l’heure habituelle pour une raison imprévue !

        1. Je connais et cela fait peur pour certains !
          Nous avons tous fait des écarts.
          En revanche quand les parents sortent le soir ou sont démissionnaires, c’est autre chose !

        2. Ah mais oui, entièrement d’accord avec « En revanche quand les parents sortent le soir ou sont démissionnaires, c’est autre chose ! »
          Je trouvais juste que le mot en lui-même, sorti du contexte, ne méritait pas tous ces commentaires. Ca m’embêtait pour le gamin livré à lui-même, mais encore une fois, certains parents n’ont pas le choix …

        3. T’inquiète, j’imagine … 😉
          Mais encore une fois je ne parlais que du mot d’excuse, brut, hors contexte : relis le sans connaître la famille, ça n’implique pas forcément qu’il soit écrit par des parents démissionnaires.

  9. « Cher Maître, veuillez noter que nous avons démissionné de notre responsabilité parentale et que, dorénavant, notre enfant s’éduquera tout seul. Si jamais il se pointe en classe, veuillez lui rappeler de se laver derrière les oreilles à l’occasion. Quant à nous, il ne faudrait pas trop nous en demander; nous l’avons fait, ce môme, après tout. »

  10. J’essaie… mais comme je fais dans l’éducation postsecondaire, je n’ai pas beaucoup d’influence sur le caractère général de mes étudiants; j’espère juste que la formation historique que j’essaie de leur inculquer leur donnera de bonnes habitudes de travail. Par contre, j’ai la joie de ne pas avoir à gérer les billets de parents!

  11. Hello,
    Celle-là je la découvre. Chez toi de vraies pépites de mots.
    Quand je songe comment j’ai été à l’école petite, puis plus grande. Mes parents étaient là, surveillaient, rouspétaient si mon frère ne se levait pas à l’heure. Moi je me levais trop tôt, pour lire en déjeunant, oui à Bruxelles, c’est comme cela que l’on dit, je suis dans la revendication de la Belgitude pour le moment. Je réfléchis souvent à tes cours et les confronte à ceux qu’avaient le père de mon fils qui lui avait une classe d’enfants difficiles. A l’époque, c’étaient des enfants dyslexiques, légèrement caractériels, difficiles tout de même, avec pas mal de problèmes de conduites. Il était en classe spéciale. A ce jour je puis dire que vous êtes tous instituteur (trices) dans des classes spéciales, où les parents sont devenus maîtres et maîtresses le comble, le summum, grrr, j’explose constamment devant mon poste. L’éducation et encore l’éducation à la maison. Ce sont les parents qu’il faut éduquer maintenant dans les cas que je puis voir, ou entendre. Par chez moi c’est du même topo. J’ai donné en bénévolat pendant un moment aide aux devoirs à des enfants de quartiers difficiles. Ils étaient super chouettes pris un à un, mais ensemble, il fallait bien l’éducateur pour les mettre en place et encore. J’aimais beaucoup cette aide aux devoirs, tant d’enfants galèrent, et n’ont aucun secours chez eux, barrière de la langue, barrière de la culture. Et puis quel retard ! Lecture, et lecture, français, mathématiques là cela va encore. Et alors ne parlons pas de l’expression orale. Ces enfants ont peur de parler. Je cite ici d’enfant à adulte, ou même pris par deux, ce que je faisais.
    Bref, pour parler du mot d’excuse, que dit le professeur comme réponse dans le journal de classe ? A moins que ce « truc là » n’existe plus ?
    Je me marre toujours en lisant tes articles concernant ces sujets, et puis après je dévie. Et je pourrais devenir Française soudainement dans mon discours
    politique 😀 et pas du tout dans le sens où on pourrait penser me trouver. Lorsque je raconte à mon mari ce que j’ai vu dans mon Lycée, soit chez vous en même temps votre collège et lycée jusqu’au bac, chez nous jusqu’à la Rétho (Réthorique), nous n’avons pas de bac, ni son stress et cie, juste des examens de fin d’année. Je devrais écrire cet article….bon sang de bonsoir, les profs râlaient dans la salle des profs, et nous allions d’une classe à l’autre pour suivre nos cours de cinquante minutes jusqu’à la sonnerie pour le cours suivant. Mon mari râle lorsque j’explique comment cela se passait la réunion de toutes les classes et c’était pas mal, nous étions à l’époque mille, soit en 1963 dans cet établissement, c’est dire. Et tout le monde en rang dans la cours de récré, en file par deux, le cartable à terre, sans un mot, silence absolu. La préfète ensuite arrivait, et faisait le tour des rangs avec le professeur devant et ses affaires. Nous en avions une trouille bleue, car elle représentait l’autorité, le respect. C’était d’ailleurs une femme absolument charmante, je le sus bien plus tard en allant dans son bureau, et en étant bien plus grande. Je m’affranchissais. 🙂 Personne ne rouspétait, nous suivions, c’était la règle de l’établissement et les parents ne discutaient pas, jamais. Personne au grand jamais n’aurait mis un mot pareil même en primaire pour l’institutrice. Les parents auraient été immédiatement convoqués chez le directeur ou la directrice de l’établissement et auraient certainement reçu le savon de leur vie. Et qui sait d’autres mesures. Excuse-moi je me suis encore égarée dans les mots si longs. 🙂
    Bon, je devrais répondre chez moi à mes commentaires lol
    Bises et bonne nuit.

      1. Bonjour,
        Je ne sais si c’est le plus long chez toi :D, j’ai toujours tendance à être prolixe dans mes réponses 🙂 Merci pour l’intention 🙂
        Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s