Publié dans Internet, Photos

Silent Sunday #73

Publicités

40 commentaires sur « Silent Sunday #73 »

  1. Je ne suis jamais allée en Alsace ni sur ce lieu. J’ai par contre été à Auschwitz-Birkenau en Pologne. Ce passage restera à jamais gravé dans ma mémoire. Bon dimanche.

  2. Bon dimanche,
    Ici le soleil brille contrairement à ce que je vois sur la photo.
    En grand, un endroit bizarre, quelque peu sinistre. Des échafaudages cachent ce qu’il y a derrière. Ce pilier ressemble vaguement à un des quatre du pont Chaban-Delmas à Bordeaux. Cela c’est ce que j’ai pensé en regardant la photo avant de lire les commentaires.
    Bisous à tous les quatre

  3. Un temps gris et un lieu où doit régner le silence… parfait pour un Silent sunday !
    Très bon dimanche. Bises à vous 4.

  4. en cliquant sur ta photo ai pas vu le nom mais je suppose que c’est le camp ce concentration alsacien le struthof, j’ai voulu aller le visiter un jour et notre fils était très petit, on lui avait donc pas expliqué ce que c’était, année bissextile et donc fermé et malgré le fait qu’on soit resté devant les grilles on sentait cette atmosphère de tristesse et personne ne parlait et pour moi c’était pire devant un grand champ et le petit aussi et j’ai su après que ce champ avait recueilli les cendres des déportés.

    Je ressens toujours l’atmosphère des lieux ou les gens ont souffert, même si ça ne se sait pzs forcément au départ. Celà peut être une maison particulière…. et mon fils ce jour là s’est senti pas bien devant ce camp et ne voulait pas rester. bises

    1. Le nom se trouve au niveau de l’adresse du site.
      L’endroit est situé à un tel endroit qu’il est difficile de ne rien ressentir. De plus la météo est très changeante…
      Bises

  5. C’est drôle, je ne connaissais pas cet endroit, mais j’ai tout de suite compris ! en plus par un temps de chien, cela ne devait pas inciter à la joie. Il est important de se souvenir, de le rappeler, surtout pour que cela ne recommence pas, ce qui serait possible, hélas !
    bon dimanche

  6. Lieu de mémoire et de recueillement pour que cela ne tombe pas dans l’oubli, l’entree du camp est pesante, précédée par les témoignages écris en amont, au niveau de la villa Ehret, la villa du commandant, on se sent mal à l’aise, l’imaginaire ne pouvant retranscrire l’horreur passée du lieu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s