Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Kill Bill

Je ne sais pas s’il y a un lien entre sabre laser et katana (créé par Hattori Hanzo) mais j’ai voulu revoir ce film que je possède en DVD, le support numérique de la fin des années 90… Je m’attendais à passer un bon moment sauf que j’ai passé un excellent moment en regardant ce film qui date de 2003. Je l’avais vu au cinéma lors d’un déplacement professionnel en Savoie.

Pourquoi ai-je autant « surkiffé » ce film ? Un argument important, c’est un Tarantino, un excellent Tarantino ! Sa manière de filmer, ses différents plans, ses mises en scène, sa violence « tarantinesque », sans oublier une BO exceptionnelle.

Le film est découpé en 10 chapitres qui retrace la vengeance de La Mariée, Beatrix Kiddo, surnommée également Black Mamba (interprétée par Uma Thurman). Ancienne tueuse à gage, elle souhaitait mettre sa vie professionnelle de côté quand elle a appris qu’elle était enceinte. Elle se fait sauvagement abattre lors de la cérémonie de répétition de son mariage ainsi que la petite assemblée présente. Laissée pour morte, elle refait surface, quatre ans plus tard, en sortant de son coma. Sa seule obsession, se venger de ses cinq assassins. Elle écrit sa liste, en laissant le fameux Bill, pour la fin, et part pour faire son grand nettoyage.

Une scène que j’apprécie particulièrement, la confrontation de La Mariée avec la garde rapprochée d’O-Ren Ishii ,« les 88 fous », dans un restaurant. Scène très violente et sanguinolente mais ponctuée par des petites discussions et des légers sourires en coin entre les différents massacres.

J’ai forcement regarder le volume 2 où Beatrix Kiddo apprend que sa fille est toujours en vie. Le fameux Bill est interprété par David Carradine. Il y a une présence française dans le film, Julie Dreyfus qui joue Sofie Fatale.

Est-ce que cela vous arrive aussi de revoir d’anciens films et de les apprécier toujours autant ? Même plus qu’avant ?

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Projet 52-2022 #36 – Chacun fait ce qui lui plaît

Ma génération va forcément penser à ce qui est considéré comme le premier rap français, interprété par Grégory Ken et Valli, souvenez-vous du fameux duo « Chagrin d’Amour » 🙂

N’ayant pas de photo dédicacée ni de l’un ni de l’autre… j’ai pensé à cette cabine à livres rencontrée lors de l’un de nos parcours de Géocaching en Haute-Vienne.

Les cabanes à livres sont une belle initiative qui permettent d’emprunter et de rendre des livres lus comme il nous plaît !

Notre commune alsacienne s’étant dotée depuis le début de l’été (enfin !) d’une cabane à livres – tout près de la maison en plus – je me suis empressée d’aller voir quels étaient les titres qu’elle contenait. Pour attirer le chaland, c’est la bibliothèque municipale qui a rempli les étagères (et Oth a déposé quelques ouvrages divers et variés).

J’ai « sauté » sur « Au Revoir La-Haut » de Pierre Lemaître, dont j’avais vu (et adoré), il y a déjà un certain temps, la version film d’Albert Dupontel. La lecture a été commencée immédiatement chez nous, puis j’ai embarqué le « pavé » dans la valise pour le terminer en Haute-Vienne.

Une fois cette lecture passionnante terminée, le livre a trouvé sa nouvelle maison, sous forme d’une cabine téléphonique reconvertie, à Sainte-Anne-Saint-Priest, dans la Haute-Vienne donc.

Pour la petite anecdote, j’ai écrit dans le livre une formule du style « Livre emprunté à … (67), rendu à Sainte-Anne-Saint-Priest (87) ». En échange, j’ai kidnappé « La Mort du Petit Cheval » de Hervé Bazin, que je viens de finir, et que j’ai rendu dans notre cabane à livres alsacienne. A cette occasion, j’ai emprunté l’Histoire d’Helen Keller.

Ceci est ma participation au Projet de Ma’. Que font de plaisant les autres participants ?

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Doc

Doc, une série italienne que nous suivons depuis l’année dernière. Andréa Fanti, chef de service, tombe dans le coma après avoir reçu une balle dans la tête. À son réveil, quelques années plus tard, il a perdu la mémoire de ses douze dernières années. Il va devoir réapprendre à vivre dans un monde où tout a changé, pendant son « absence ».

La série Doc est inspirée de la véritable histoire de Pierdante Piccioni, médécin à l’hôpital de Lodi. Il a été victime, en 2013, d’un accident de voiture qui lui a causé un traumatisme crânien. Il a perdu 12 ans de sa mémoire mais a recommencé à travailler.

Le Doc a une manière bien à lui de s’occuper de ses patients et de les comprendre. Un style qui ne fait pas forcément l’unanimité au sein de sa direction. Difficile de vous parler des acteurs & actrices qui ne sont pas très / trop connu(e)s en France. Simona Tabasco a tourné dans Luna Park (Netflix), je n’ai rien trouvé d’autres…

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Adé

Ce visage ne vous dit probablement rien car sa coupe de cheveux est différente. En revanche sa voix vous dira sans doute quelque chose car j’avais fait un billet sur Thérapie Taxi en automne 2021. Le groupe s’est séparé et maintenant Adé (c’est plus court qu’Adélaïde Chabannes de Balsac) vole de ses propres ailes. Son premier single « Tout savoir » vient de sortir.

Un titre très influencé par la musique américaine où il a été enregistré, ainsi que l’album qui doit sortir en septembre. Dans la vidéo, un cowboy robotisé lui lit la bonne aventure et s’en va avec elle.

J’aime beaucoup le reflet du chapeau du cowboy robotisé qui se pose naturellement sur le tête d’Adé.

Vivement l’album 😉

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

WandaVision

Je ne sais pas pourquoi j’ai décidé de regarder (enfin) cette série, sans doute de la curiosité ? Le personnage principal, Wanda Maximoff, alias la Sorcière rouge, apparaît dans quatre films de l’Univers cinématographique Marvel (MCU) et fait plus partie des personnages secondaires. Elle est interprétée par Elizabeth Olsen que j’ai découvert grâce à Marvel. Son patronyme est connue dans le monde cinématographique car elle est la petite sœur des jumelles Olsen, héroïnes de la série La Fête à la maison, diffusée dans les années 80-90.

Je démarre donc la série et je suis un peu perdu car elle est en noir et blanc, ressemble comme deux gouttes d’eau à une sitcom des années 50 et Vision est vivant ! Marvel aurait-il décidé de se diversifier ?

Je continue mon visionnage et vers la fin, un objet coloré apparaît.

Intrigué, je poursuis la saison et je vais de surprise en surprise ! Difficile d’en dire plus sans spoiler la suite. Le premier épisode se déroulait bien comme une sitcom des années 50. Les épisodes avancent de décennie en décennie, toujours en mode sitcom. C’est pour cela que la couleur va arriver !

Pourquoi ces changements, pourquoi Vision est-il vivant ? Je n’en dirai pas plus car cette série est très surprenante ! Je peux juste vous dire que Wanda sait toujours utiliser ses pouvoirs.

Petit clin d’oeil à l’actrice Kat Dennings (présente dans Thor) que nous avons découvert dans l’excellente série 2 Broke Girls où elle interprète Max, une serveuse désabusée qui travaille dans un restaurant de Brooklyn.

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Fleming : L’Homme qui voulait être James Bond

« Tout ce que j’écris possède un fond de vérité »

C’est par cette phrase que commence cette surprenante série de 4 épisodes, qui nous fait découvrir comment Ian Fleming s’est inspiré pour créer le personnage de James Bond. Je pensais, un jour, vous faire un billet sur le dernier opus « Mourir peut attendre« , mais je suis tombé vraiment par hasard sur ce long titre assez accrocheur pour moi. Ni une ni deux, je l’ai rapidement visionnée et dévorée ! Pour ne pas trop spoiler, je dirai que Ian Fleming aurait aimé être James Bond et que certains de ses collègues ont inspiré des personnages que vous connaissez bien.

J’ai retrouvé l’actrice Annabelle Wallis, Grace Shelby dans Peaky Blinders. Point commun pour ses deux personnages : une fin mortelle.

Autre retrouvaille, l’apparition très très courte d’Antonia Thomas comme chanteuse de Jazz ! Plus connue actuellement pour son rôle du Dr Claire Brown dans Good Doctor, série que nous suivons depuis le début.

Toujours sympa de retrouver des acteurs / actrices dans d’autres rôles.

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Sophie Ellis-Bextor

La musique et moi, c’est une longue histoire ! Je ne peux pas passer une journée sans en écouter. Souvent, c’est en voiture sur mes différents trajets quotidiens, au travail pendant la pause méridienne, sur l’ordi, le téléphone…

J’étais donc en voiture, une chaîne de radio diffuse une chanson et la voix ne me semble pas inconnue. Une voix que je n’avais pas entendue depuis un bon bout de temps, celle de Sophie Ellis-Bextor !

Ce nom vous est inconnu ? C’est fort possible car le titre qui l’a fait connaître date de la fin d’année 2001 : Murder on the Dancefloor. Toujours pas ? Voici donc la vidéo pour vous rafraichir la mémoire :

Sympa de retrouver cette belle voix et de découvrir certaines de ses nouvelles chansons. Elle a même lancé une série de vidéos en direct de sa cuisine pendant le confinement : Lockdown kitchen disco. Sophie Ellis-Bextor chante et danse avec ses enfants. En voici une que j’apprécie particulièrement (Il m’en reste encore beaucoup à découvrir).

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Téléfilms de Noël – 15

Hum, nous sommes le 11 janvier, Noël est passé depuis, ho, ho, ho, 17 jours et je vous parle encore de téléfilms de… Noël ! Je pense que c’est comme toute addiction, il faut s’arrêter en réduisant les doses et non brutalement ! J’avoue en avoir vu moins que les autres années car les replays des chaînes de TV ont bien changé ! Les nouveautés ne sont pas forcément en replay, la présentation d’une autre chaine est un vrai labyrinthe et une très commerciale fait maintenant payer ses rediffusions une fois un certain délai passé… Hum, hum, je ne vais quand même pas payer pour regarder un téléfilm de Noël !

°°°

Je vais reprendre une approche que j’avais testée au début de ma drôle d’addiction hivernale, une approche par actrice !

Bethany Joy-Lenz, déjà 4 téléfilms de Noël à son actif. Actrice surtout connue pour son rôle de Haley James Scott dans la série « Les frères Scott », j’avoue ne pas connaître. Actrice découverte au démarrage de ma crise de téléfilms de Noël dans Coup de foudre chez le Père Noël et Le médaillon de Noël. Deux très bonnes productions que je vous recommande. Il y a des actrices plus pétillantes que d’autres qui savent donner du rythme et de la joie à certains téléfilms de Noël, elle en fait partie ! Troisième visionnage avec Un Noël rouge comme l’amour, il est dans la « norme des téléfilms de Noël ». C’est-à-dire que vous pouvez faire autre chose en même temps que vous le regardez ! Pour finir, celui vu cette année, un bon cru : Une famille 5 étoiles pour Noël. Pourquoi je l’ai adoré, pour son quiproquo inhabituel, je ne vous en dis pas plus !

Erica Durance, déjà 3 téléfilms de Noël à son actif. Actrice surtout connue pour son rôle de Loïs Lane dans la série « Smallville », série que je ne connais que de nom. Actrice découverte cette année dans Le gâteau enchanté de Noël, Le chalet de Noël et Les étoiles de Noël. Le premier parle d’un ingrédient mystérieux dans une recette familiale, ingrédient qui commence par un M. Le second se déroule dans un chalet qui a été réservé 2 fois pour le même séjour. Attention, il existe un autre téléfilm de Noël avec le même nom mais qui date d’une autre année. Le troisième n’est pas mon préféré… Quand le sujet est musical dans un téléfilm de Noël, comment dire, cela passe ou ça casse !

Les autres téléfilms de Noël sont ICI.

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Téléfilms de Noël – 14

Coup de foudre dans l’allée des sapins. Pourquoi ? Euh… Parce qu’il y a Alicia Witt, une actrice que j’apprécie dans les téléfilms de Noël. Il faut dire qu’elle en est déjà à son neuvième. L’histoire ? Les commerçants d’un quartier historique du centre de Denver se mobilise pour éviter la démolition de leur quartier qui doit être remplacé par des immeubles de bureaux. Alicia Witt s’occupe d’une boutique de musique et elle va rencontrer, par hasard, le fils du promoteur immobilier… Je vous laisse deviner la suite…

Un vœu d’amour pour Noël. Pourquoi ? Parce que c’est une très belle histoire, assez émouvante et que la larmichette à l’œil peut vous guetter à la fin du téléfilm. Pour l’instant, c’est le plus chouette que nous avons vu, Sév et moi. C’est l’histoire d’une petite fille et de son papa veuf qui aimerait passer un Noël comme avant. Elle fait un vœu lors d’une opération caritative et Lucy (Amanda Schull), l’animatrice va essayer d’y remédier.

Escapade royale à Noël. Pourquoi ? Parce que les histoires de princesses et de princes sont toujours belles du moment qu’elles ne se terminent pas violemment sous un pont… L’histoire ? Anna, (Laura Osnes) va passer ses vacances dans l’auberge de ses parents. Il tombe alors beaucoup de neige et au même moment, un prince et sa famille se retrouvent bloqués dans la même auberge.

Hep, hep, le billet n’est pas encore terminé, ne partez pas tout de suite ! Alicia Witt et Laura Osnes ont plusieurs cordes à leur arc. Elles chantent également !

Les autres téléfilms de Noël sont ICI.

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Téléfilms de Noël – 13

Le compteur tourne tranquillement pour ma quatrième saison des téléfilms de Noël. N’étant pas un gros dormeur, je me lève tôt spontanément le samedi matin et j’en profite pour regarder un téléfilm de Noël en loucedé. Comme j’en ai déjà vu une bonne quantité, je recherche des inédits, ou des anciens dont le résumé m’intéresse. Il m’arrive de faire mon choix en fonction de l’actrice principale si je l’ai déjà appréciée dans d’autres téléfilms de Noël. C’est ce qui m’est arrivé un samedi matin. En cherchant sur le Replay de TF1, j’ai vu un inédit avec Tori Anderson, actrice vue dans déjà 2 téléfilms. J’ai donc lancé le Replay sans lire le résumé. Qui dit Replay, dit publicités ! Je patiente et suis intrigué par un spot pour une émission culinaire sauf que c’était le téléfilm qui venait de commencer…

Christine Chance, Tori Anderson, anime sa propre série sur le net où elle met en scène sa belle petite famille. Une marque lui propose de devenir leur ambassadrice si elle réussit à atteindre un objectif de vues à Noël. Sauf que la réalité n’est pas toujours celle que l’on pense…

Christine ne montre sa maison que sous certains angles (bande jaune et noir). De l’autre côté, c’est un peu (beaucoup) le bazar. De plus, son mari à l’écran n’est pas le sien mais son futur beau-père, le petit ami de sa mère divorcée et cougar…

L’objectif de vues n’a malheureusement pas été atteint. Christine est obligée de décommander le Père Noël de son émission du soir. Père Noël qui lui dit qu’il reviendra demain car les vœux de Noël sont parfois exaucés.

Son réveil sonne, Christine se lève et ne réalise pas encore qu’elle va revivre, encore et encore cette journée où elle n’a pas atteint ses objectifs de vues. Une fois, elle y parvient mais se réveille toujours le 24 décembre. Elle ne comprend pas car son vœu a été exaucé. Christine se souvient alors du Père Noël qui lui a dit que les vœux de Noël sont parfois exaucés pour que Noël vous apporte ce que vous voulez vraiment…

Le hasard et Tori Anderson m’ont permis de tomber sur un téléfilm de Noël avec une boucle temporelle, j’ai adoré. J’ai même oublié de vous dire son nom : Le plan parfait du Père Noël.

Les autres téléfilms de Noël sont ICI.