Publié dans Sorties, virées et randos

À la recherche des Poï’z

Sév vous avait déjà parlé de ces petits badges colorés lors d’un projet de Ma’. Je vais donc reprendre le début de ses explications :

Qu’est-ce qu’un Poï’z ? Et pourquoi un Poï’z se cacherait-il ??

Il s’agit d’un badge à l’effigie de personnages que l’on rencontre dans les parcours de Géocaching Terra Aventura (spécifique à la Nouvelle-Aquitaine). Ces drôles de bouilles représentent chacun une thématique. Par exemple, Zonelib’ évoque la résistance, Zéïdon le monde aquatique.

Exemple de parcours : Mystères à Neuvic-Entier

Les Poï’z sont cachés dans des endroits de différentes natures et doivent être trouvés par le Géocacheur, après résolution d’une succession d’énigmes sur un parcours donné, à télécharger sur l’appli Terra Aventura. Bref, le Poï’z est la récompense.

Pendant ces deux semaines de vacances, j’ai donc parcouru 95,5 km, trouvé 16 caches et dépensé l’équivalent de 16 625 kcal. Je parle à la première personne du singulier car j’ai fait certains parcours en solo. Le plus petit était de 2 km alors que le plus long était de 30 km (Le tour du lac de Vassivière en VTT). Certains parcours sont plus longs et nécessitent la voiture.

Notre premier parcours, à Nedde, avec la fameuse serrure de l’église Saint-Martin. Nous avons croisé un sympathique couple de Géocacheurs qui nous a donné quelques bons conseils pour nos futurs parcours. Ils nous ont même offert un badge de leur création. Il faut dire qu’ils avaient déjà plus de 200 parcours à leur actif (Les Z’émésia Lovers 86).

Une vue magnifique sur le lac de Vassivière avec une cache totalement improbable pour le Poï’z Zeïdon. Content de l’avoir trouvé après cette aventure de 30 km.

Pourquoi nous avons adoré partir à la recherche des Poï’z ? Tout simplement parce que c’est une manière originale, ludique et dynamique de découvrir des endroits magnifiques. C’est autre chose que de prendre la voiture, s’arrêter dans un chouette village, faire un petit tour et repartir en ayant loupé beaucoup de choses.

Quatre exemples pour illustrer nos belles découvertes : Le Mont Gargan, Saint-Léonard-de-Noblat, l’île de Vassivière et Sainte-Anne-Saint-Priest.

Publié dans Sorties, virées et randos

D’une rive à l’autre

La période estivale est propice aux promenades à vélo. Je vous avais déjà parlé de l’agréable parcours du canal de la Bruche. Une autre virée que j’apprécie beaucoup, le parcours des 2 rives.

Cette boucle vous fait traverser une partie de Strasbourg, direction le stade de la Meinau, puis le quartier de la Cité-jardin du Stockfeld. Cet endroit date du début des années 1900, ces habitations sont classées aux Monuments Historiques depuis 1996. Je poursuis ma route en empruntant les petits sentiers de la forêt du Neuhof.

Quelques coups de pédale plus tard, se présente le pont Pierre-Pflimlin inauguré en 2002. Il ne reste plus qu’à traverser le Rhin pour se retrouver en Allemagne.

Une impression d’être loin de la ville avec la présence de ce petit port et cette magnifique vue sur l’Altrhein. Direction Kehl en longeant la berge.

J’aperçois au loin la passerelle Mimram plus connue sous le nom de passerelle des Deux Rives. Je trouve son architecture magnifique. Elle est conçue pour le passage des piétons et des vélos. Il y a une plateforme au milieu qui permet d’avoir une magnifique vue sur le Rhin. Il ne me reste plus qu’à rejoindre le centre-ville pour terminer cette belle boucle de 27,8 km. Vous trouverez plus d’infos sur le site L’Alsace à vélo.

Publié dans Sorties, virées et randos

Vacances en Haute-Vienne

Nous avions prévu de faire la passe de 5 à la Presqu’île de Guérande. Nous nous y sommes pris un peu tardivement et ce qui devait arriver, arriva, c’était complet pour cet été ! Argh, argh et encore argh ! Pas de plan B de prévu. Après quelques recherches en fonction de certains critères, nous avons choisi notre destination de l’été 2022, la Haute-Vienne. Je dis la Haute-Vienne et non le Limousin car je ne trouvais pas ce nom très vendeur pour une destination de vacances… Vous vous doutez bien que j’ai depuis changé d’avis.

Qui dit Limousin, dit limousines ! Oui, elles étaient bien là à nous regarder crapahuter sur nos chemins de découverte. Et nous en avons fait de nombreuses ! Tout particulièrement le lac de Vassivière, qui est un endroit magnifique avec de nombreuses activités très variées. Il y avait aussi de belles églises à voir, comme ici à Sainte-Anne-Saint-Priest.

Il y avait également des pierres mystérieuses qui étaient gravées, de nombreux Poï’z à découvrir et une grande table ronde trouée pour admirer le beau village d’Eymoutiers.

Il y avait un endroit où l’émotion était présente en permanence, Oradour-sur-Glane. Il y avait une rivière agitée qui nous a fait arriver au fameux lac de Vassivière. Et heureusement, il y avait beaucoup de fraicheur et un petit vent quasi permanent.

Il y avait même une île au milieu de ce lac et la vue y était splendide. un peu de gourmandise également au programme avec ce gâteau diabolique, le Trépaïs. Pour éliminer tout cela, rien de tel que de faire le tour du lac à VTT par des petits chemins qui montent et qui descendent.

Il y avait des endroits très bucoliques comme l’arboretum de Chamberet. Il y avait des petits villages où l’épicerie est moins cher que le supermarché le plus proche, comme à Nedde. Et pour finir, une autre manière d’admirer le lac de Vassivière grâce à une trottinette électrique tout-terrain.

C’était un petit résumé de nos vacances en Haute-Vienne, d’autres billets devraient suivre…

Publié dans Sorties, virées et randos

Sensoried 2022

Comme vous avez pu le lire dans un précédent billet, Sév a découvert SensoRied, le parcours pieds nus de Muttersholtz. Ce n’était pas une première pour N°2 et moi. Sauf que cette année, il a fait très, très chaud… Je vous invite donc à lire également le billet de Lavandine, elle y était 2 semaines avant nous, ainsi que notre billet de 2017. De cette manière, vous verrez ce que le soleil et la chaleur peuvent faire.

Difficile de bien se rafraîchir les pieds en passant sur ce pont suspendu. Certaines années, il fallait faire attention à ne pas trop mouiller son bermuda.

Quelques photos de pieds dans différents éléments : charbon, rafles de maïs, paille et de l’argile. Sauf qu’habituellement, il y a de l’eau avec l’argile.

La vis d’Archimède, pas très utile en ce moment car le niveau de l’eau était très bas. Les petits bras musclés ne se sont pas trop amusés cet été.

Bon, ce n’est pas tout, nos pieds ont bien chauffé, ils nous faut donc récupérer nos chaussures et déguster une bonne bière locale.

Publié dans Curiosités & Insolites, Sorties, virées et randos

Les bulles à flotter

Voici quelques explications complémentaires à mon dernier Silent Sunday. J’ai donc testé cette bulle de flottaison ou plus précisément ce caisson d’isolation sensorielle. Après des explications très détaillées, j’ai verrouillé la porte de mon espace et je me suis retrouvé seul avec la « bête ». Je me suis déshabillé complètement, mis des bouchons dans les oreilles (par rapport au sel), je me suis douché et je suis entré dans la bulle.

Il y avait une musique relaxante que j’avais choisi en arrivant. Elle m’accompagne les 5 premières minutes, et les 5 dernières pour signaler la fin de la séance. La mise en flottaison se fait très rapidement car l’eau est saturée en sel d’Epsom. La sensation dans l’eau est très agréable car la température est la même que celle de ma peau. Je ferme alors la bulle, j’appuie sur l’interrupteur qui me permet d’éteindre la lumière et je commence ma découverte.

J’essaie les différentes positions qui m’ont été conseillées, j’en adopte une et je commence à me laisser aller. Sensation étrange au début, une impression d’être en mouvement sur une rivière. Sensation sans doute liée au fait que mon corps n’était pas encore en position totalement immobile. Ensuite, je lâche très rapidement prise. J’ai oublié très rapidement que j’étais dans le noir, enfermé et sur l’eau. Une impression d’être en apesanteur dans un endroit immense complètement déconnecté du temps. Soudainement, la musique relaxante se met en route, je suis un peu perdu, je pense à une erreur de timing, j’ouvre la bulle, regarde l’heure et constate que c’est bel et bien terminé, perte totale de la notion du temps.

Petit scoop, une photo de moi, de face ! La partie noire de mon visage correspond à la partie émergée. À gauche, la bulle fermée me fait penser à un vaisseau dans le film Tron. Je suis sorti de la bulle dans un état de relaxation inimaginable et difficile à décrire.

Comment j’ai connu ces bulles à flotter ? Bonne question ! Il y a quelques années, j’ai lu un article sur un blog à ce sujet. À cette époque, il y avait un centre à Bruxelles et un à Paris. Je ne sais pas si j’ai commenté ce billet, je ne sais pas si la personne suit notre blog, si c’est le cas qu’elle n’hésite pas à se manifester. En continuant ma réflexion, l’excellente série Fringe est revenue à ma mémoire. L’actrice principale, Anna Torv, qui interprète le rôle d’Olivia Dunham, se retrouve plongée dans un cuve de privation sensorielle.

+ + +

L’expérience vous tente ?

+ + +

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter le site Les Bulles à Flotter.

Publié dans Sorties, virées et randos

Vitaboucle – Niederhausbergen

Une grenouille sous la douche nous attendait pour cette vitaboucle à Niederhausbergen. Je crois qu’elle voulait nous narguer pendant les travaux de notre salle de bain. Il y a beaucoup de panneaux secondaires pour cette commune très dynamique.

Une vitaboucle qui emprunte la piste des Forts, une piste cyclable longue de 85 km qui permet de découvrir 19 forts. Certains sont protégés et les photos interdites comme celui qui se trouve sur notre chemin.

Un classique de nos vitaboucles, la traditionnelle photo de la cathédrale de Strasbourg. Photo prise sous un angle inhabituel, cela change un peu. Pas de photo avec un tram pour cette fois.

Toujours de petits endroits sympathiques à découvrir comme cette petite ruelle qui arrive sur l’église avec quelques maisons alsaciennes typiques.

Découverte d’un bâtiment assez surprenant avec une maquette d’hélicoptère sur son toit. Le colza nous a accompagnés pour cette partie de la vitaboucle.

Petite partie de cache-cache avec la tour de la cathédrale de Strasbourg et un arbre, elle est joueuse la vieille dame. Notre vitaboucle n°27 avait une longueur de 7,6 km.

Publié dans Sorties, virées et randos

La Merkurberg

Cette tour se trouve sur la Merkurberg – la montagne de Mercure – à Baden-Baden, à 668,3 m d’altitude, dans le nord de la Forêt-Noire. Comment y accéder ?

C’est facile, il suffit d’emprunter ce drôle de petit engin !

Il va vous faciliter la tâche pour gravir cette impressionnante montée. C’est le plus long funiculaire d’Allemagne. La pente varie entre 23% et 54% sur une ascension de 370m.

Maintenant, nous pouvons monter dans la Merkturm et admirer la vue.

En zoomant, nous pouvons apercevoir la fameuse Kurhaus de Baden-Baden, ainsi que la boutique Lindt et ses délicieux chocolats Liquirizia, un mélange subtil de chocolat au lait et de petits grains de réglisse… Oups, je crois que je m’égare un petit peu…

C’est parti pour la descente !

Publié dans Sorties, virées et randos

Une expo dans l’expo

La Foir’Expo de Mulhouse 2022 accueillait une expo Star Wars Lego. Vous avez découvert la Princesse Leia lors de mon dernier Silent Sunday. Elle était accompagnée de Han Solo lors de la bataille de Hoth (et pas oth !).

Les deux droïdes de protocole étaient naturellement présents pour accueillir les visiteurs dès l’entrée de cette manifestation.

Luke Skywalker est toujours en conflit avec son père. Une médiation serait sans doute nécessaire pour éviter ces combats répétitifs et dangereux.

Mais qu’est-ce donc ? C’est un vaisseau impérial qui s’écrase en provoquant une belle explosion ! J’ai apprécié les nombreux détails, dont les petits X-Wing qui volent juste autour de l’impact de l’appareil ennemi.

+ + +

Il y avait également quelques vitrines avec des Lego Star Wars mis en scène de manière habituelle. Vous allez me dire que cette expo était assez classique ? Je ne vais pas vous contredire sauf pour la dernière pièce.

Il y avait un X-Wing, taille réelle, composé de BEAUCOUP de briques. Le fameux X-Wing de Luke Skywalker, le petit modèle m’avait bien occupé pendant mon covid. C’est pour cette raison que je suis descendu du Bas-Rhin au Haut-Rhin…

Tout simplement impressionnant de se retrouver devant un vaisseau Star Wars, certes en Lego, mais de taille réelle.

Je n’ose imaginer la taille de la boîte si un jour Lego décide de le commercialiser.

Bon, je vais vous laisser, je dois rédiger le brouillon de ma future lettre au Père Noël. J’ai intérêt à avoir de bons arguments si je veux avoir ce cadeau en fin d’année…

Publié dans Sorties, virées et randos

Vitaboucle Elsau – Montagne Verte – Kœnigshoffen

Nous avons démarré cette vitabloucle, au nom très long, à la Tour merveilleuse du Schloessel. Cette tour date du XIVe siècle. Ce bâtiment est un tiers-lieu participatif et citoyen. Nous avons ensuite longé le Muhlbach.

Après le Muhlbach, nous avons continué notre chemin le long de l’ILL, pour arriver à Strasbourg et avoir une vue sur la flèche de la Cathédrale ainsi que sur un curieux bâtiment très coloré. Il s’agit du centre de recherche en biomédecine de Strasbourg.

Nous sommes passés près d’un port de plaisance avant d’enjamber le canal du Rhône au Rhin grâce à l’écluse n°85.

Petit passage par l’île Gutenberg située entre le pont de l’autoroute et le pont de la Montagne Verte. On y accède par un petit pont à partir de la rue des… Imprimeurs !

Nous traversons ensuite l’Elsau, entre beaux quartiers et grands immeubles.

Le tram nous accompagne souvent lors de nos vitabloucles. Nous sommes de l’autre côté de l’Ill, à la Montagne verte, où nous avons vu les totems au village des utopies, au cœur du Parc Naturel Urbain de Strasbourg. 3 piliers de 18 m de haut qui symbolisent les 3 quartiers de Strasbourg : Elsau, Montagne Verte et Koenigshoffen.

Nous poursuivons notre chemin pour arriver au début du canal de la Bruche.

Notre boucle se termine dans le parc Albert Schweitzer, situé près du CREPS de Strasbourg. La villa est à l’abandon, c’est bien dommage.

Publié dans Sorties, virées et randos

Musée des Beaux-arts de Nancy

Dans un précédent billet, je vous avais parlé de la « Fontaine rouge, à P-à-M« . Petite escapade faite lors d’une rencontre sportive de nos garçons. Nous devions faire une seconde escapade dans le 54, toujours pour le sport des garçons, mais le maudit virus s’est emparé de Sév et la météo maussade s’est invitée alors qu’elle ne l’était pas… J’en ai quand même profité pour faire un rapide petit tour au Musée des Beaux-arts de Nancy pendant que les garçons bataillaient ferme.

Démarrage avec un peintre local, Georges de La Tour avec La Femme à la puce. La bougie est un accessoire récurrent chez cet artiste. Ensuite, un immense tableau peint par Charles Coypel, La Destruction du palais d’Armide. Les toiles de cette taille sont toujours impressionnantes à voir. Je n’ose imaginer la taille du chevalet…

Une statue de Charles-René de Saint-Marceaux, Dame de Pique. Le tableau est de Gustave Doré, natif de Strasbourg, Paysage de montagne.

Difficile de voir les détails sur ces deux tableaux de Gherardo Poli, Fantaisie d’architecture en ruines avec la naissance de Vénus. Cette « pittura giocosa » (peinture de divertissement) était très en vogue en Toscane.

Au sous-sol de ce Musée des Beaux-arts de Nancy, se trouve une magnifique collection Daum.

Naissance, une collaboration avec Arman. J’aime beaucoup ce mélange verre & métal.

Une collaboration avec Alain Séchas pour cette Vénusienne. Pour la lampe de bureau, j’hésite encore un peu…

Et pour terminer, le Giant Goldo de Mist que vous aviez vu pour un précédent Silent Sunday. Pour faire la photo de l’extérieur, je me suis fait gronder par un gardien car l’accès était normalement interdit ! Il y avait un stand pour une animation et la porte était ouverte, je suis donc passé, je me suis approché avant de me faire interpeler par le gardien qui m’a gentiment laissé faire ma photo, ouf et merci !