Publié dans Internet, Photos

La photo du mois #97

Thème : Abécédaire, choisi par écri’turbulente.

Note de l’auteur-e : Ni calligraphie, ni broderie au point de croix, mais notre environnement champêtre ou urbain qui naturellement dessine les lettres de l’alphabet. Attention, on n’arrange pas trois brins d’herbe pour qu’ils deviennent un N. On observe autour de soi, on photographie et c’est tout !

N’est-ce pas le plus beau « A » majuscule du Monde ? Des millions de gens se déplacent pour voir le début de notre abécédaire géant et ils payent même pour y monter ! À quand la suite ? J’espère bien être dans le thème car c’est quand même un arrangement métallique…

Allez vite découvrir d’autres lettres, c’est par ici :

Aude, Amartia, El Padawan, Laurent Nicolas, Morgane Byloos Photography, Josiane, Blogoth67, Brindille, Gilsoub, DelphineF, Lavandine, Sous mon arbre, Julia, Sandrin, Josette, Lilousoleil, Ventsetvoyages, Who cares?, Pink Turtle, Tambour Major, Christophe, Giselle 43, Nanouk, FerdyPainD’épice, Alexinparis, magda627, Xoliv’, Angélique, La Tribu de Chacha, Gine, J’habite à Waterford, Frédéric, Eurydice, Nicky, Mirovinben, Renepaulhenry, Céline in Paris, Escribouillages, Marie-Paule, Jakline, Weeteweete, Pilisi, ChristL, Mamysoren, Danièle.B, Betty, Krn, écri’turbulente, Akaieric, Nanie, Philisine Cave

Publicités
Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres

Théâtre de poche !

Notre sortie automnale parisienne nous a amené à découvrir Le Point Virgule. Il y avait foule devant l’entrée, heureusement nous étions en avance. La porte s’ouvre et nous sommes de suite surpris car nous entrons directement dans la salle, dans le toute petite et chaleureuse salle du Point Virgule. Nous nous installons dans l’étroite deuxième rangée, à deux mètres de la scène. Certains spectateurs sont même sur une partie de la scène ! Sév a d’ailleurs croisé l’artiste en allant aux toilettes !

Nous avons vu et apprécié Fadily Camara ! Il faut dire que la salle se prête à ce type de représentation où la proximité du public est importante pour créer une complicité avec l’artiste. Un public souvent utilisé par Fadily Camara pour illustrer son spectacle ! À la sortie de la salle, j’entends un spectateur demander si Fadily Camara sortait tout de suite ? Il faut dire que dès qu’un artiste a terminé, un autre enchaîne. J’entends que oui et nous patientons très peu de temps avant de la voir arriver.

Hop, hop, l’artiste est très disponible et nous avons même le droit d’être pris en photo avec elle. Si vous avez l’occasion de la voir en spectacle, n’hésitez surtout pas !

Publié dans Ciné - TV - Musique - BD - Livres, Sorties, virées et randos

Katy Perry, Paris, j’y étais !

9 juin 2017, je rentre du travail, je suis en voiture, à la radio une chanson de Katy Perry se termine. L’animateur annonce que les billets sont à la vente pour son concert parisien, The Witness Tour, en mai 2018. J’enregistre l’information et commence à cogiter…

Une fois arrivé, je googlise tout cela, consulte les horaires des trains et me dit que cela pourrait être possible. J’interpelle Sév et lui demande si je pourrais faire une folie solitaire en 2018. Elle  me regarde bizarrement et me demande quelques explications. Elle me donne alors son feu vert – Bisous Sév !

Mars 2018, les trains vont faire grève de manière perlée… La date du concert fait partie des perles…Ces perles ne me font pas rire… Surtout que les trains qui circulent sont annoncés à J-1 à 17h00… Hitchcock n’aurait pas fait mieux…

22 mai, je reçois un mail de Guillaume Pepy. Pas un mail perso du style, « cher oth67, Katy Perry m’a contacté et a insisté pour que tes deux trains circulent afin de pouvoir assister à son concert… ». Non, non, un mail qui parlait surtout qu’il allait garantir des trains jusqu’au 31 mai. Cela voulait dire que les trains affichaient sur le site doivent rouler ! Ni une, ni deux, je réserve mes billets et accessoirement un hôtel, Katy Perry n’ayant pas répondu à mon appel, p….. de messagerie !

Jour J, je suis dans le train et il part ! Après quelques kilomètres, il ralentit et il s’arrête, je commence à flipper et me rappelle de cet épisode particulier. Heureusement, il repart et j’arrive à Paris avec juste 5 minutes de retard. Le métro, mon ami qui pue, m’amène à l’Accord-Hôtel-Arena. J’y suis, c’est immense et les différentes structures et avancées laissent présager quelque chose d’énorme !

Vous vous souvenez de l’œil du Silent Sunday ? La lumière s’est éteinte et le show a commencé !

Katy Perry est arrivée suspendue à une étoile, dans une tenue dorée, les premières notes et paroles de Witness démarrent, chair de poule et frissons sont au rendez-vous ! Désolé pour la qualité des photos de mon smartphone mais entre changer pour un portable qui coûte un bras et assister à un truc énorme, je suis pour la seconde solution, il n’y a pas… photo !

Dark Horse va commencer.

Les flamants roses sont là pour Hot’n’cold et Katy Perry est là pour son public !

Pendant son concert, Katy Perry était souvent dans les airs. Un système avec des rails au plafond lui permettait de survoler son public. Ici, elle est assise sur une planète pour son titre Wide Awake.

Encore suspendue dans les airs, sur une pendule, pour Pendulum. Elle ira ensuite se poser sur la main géante pour enchainer avec son morceau final, et l’un de mes préférés, Firework. Une trappe s’ouvrira au creux de la main et Katy Perry descendra doucement en saluant son public…

Un concert qui aura duré deux heures, un concert avec de nombreux décors, un concert de folie, un concert acidulé et coloré, des tubes, des tubes et des tubes, des frissons, de la chair de poule, pincez-moi je rêve, une Katy Perry qui échange beaucoup avec son public, qui ne se prend pas la tête, qui n’a pas la grosse tête et qui s’éclate sur scène et dans les airs !

Un seul mot pour résumer ce concert, c’était ÉNORME !

 

 

Publié dans Internet, Photos

R.V Reflets #15

Lors de notre virée pascale à Paris, nous sommes enfin montés dans la Tour Eiffel. C’est quand même mieux de réserver et de doubler tout le monde dans l’autre longue file d’attente. À l’étage, il y avait différents panneaux animés qui retraçaient « la vie » de la grande dame. Panneaux avec des miroirs et donc des reflets ! Une des vidéos montrait les grandes vedettes qui sont venues la voir. J’ai été agréablement surpris d’y trouver Katy Perry… La fameuse propriétaire de l’œil que l’on trouve sur mon précédent billet… Je vous parlerai plus tard de cette petite folie qui aurait pu tomber à l’eau… Dès que je maîtriserai mieux mon espace temps ! Les derniers billets sont surtout consacrés à nos rendez-vous habituels…

Les autres reflets se trouvent sur le blog Instants de vie 54

Publié dans Sorties, virées et randos

Elle est énorme !

Cette file d’attente, pas loin de notre hôtel parisien ! Mais qu’est-ce donc ? De nombreuses personnes qui patientent sur le trottoir avant de s’engouffrer, pour attendre encore, dans un petit passage. Nous jetons brièvement un œil, pas de vedettes à l’horizon ! Nous regagnons notre chambre et consultons l’ami Google qui nous apprend que ces personnes font la queue pour manger dans un célèbre bouillon parisien, le Bouillon Chartier ! Une institution depuis 1896. Bouillon qui accueille ses clients sans prendre de réservations ! D’où la longue queue impressionnante dans la rue !

Ce n’est pas une blague, nous y sommes allés le 1er avril ! En sortant du musée Grévin, nous sommes passés devant et il n’y avait que 2-3 personnes qui patientaient. Et hop, nous avons fait la queue quelques minutes. L’apéritif coup de cœur vient d’Alsace…

Assiette bien remplie et surtout, l’addition griffonnée sur la nappe en papier !

Voici à quoi ressemble l’intérieur : une sorte de grande brasserie parisienne où vous êtes servis par des garçons en gilet noir et tablier blanc. Et vous n’en voyez qu’une partie !

Quand nous sommes sortis, l’estomac bien rempli, il y avait une petite file d’attente. Imaginez maintenant 4 à 5 fois plus de personnes qui attendent sur le trottoir ! Impressionnant ! Le Bouillon Chartier n’était pas dans nos objectifs parisiens, une simple et heureuse coïncidence !

Publié dans Sorties, virées et randos

Échafaudage parisien

Lors de notre petite virée parisienne, nous sommes tombés sur un drôle d’échafaudage ! La forme est un peu bizarre et sa fonction l’est encore plus car il n’est adossé à rien ! De plus, il est creux comme s’il avait servi au montage d’une fusée. Sauf qu’il n’est pas creux en son sommet ! Une fusée souterraine ?

Par curiosité, nous nous sommes approchés. L’échafaudage semble solide et très bien construit, du bon boulot ! J’ai quand même quelques difficultés à comprendre comment les ouvriers faisaient pour accéder au bâtiment en construction.

Nous en avons profité pour monter dans cet échafaudage et admirer la capitale. La vue est belle, très peu de verdure et beaucoup de béton.

Les ouvriers ont même laissé des longues-vues afin d’admirer le paysage et de chercher au loin de la verdure. Ils sont vraiment sympas ! J’ai été très surpris d’apercevoir de longues files d’attente pour monter dans cet échafaudage ! Le besoin d’apercevoir de la verdure pour nos amis citadins parisiens ?

Si vous passez par Paris, dépêchez-vous d’en profiter car je pense que cet échafaudage va bientôt être démonté…

Publié dans Arts & lettres, Sorties, virées et randos

Elle est toute petite !

Non, non, ce n’est pas un billet écrit par Sév qui parle d’une partie de mon anatomie ! C’est un billet sur la Joconde. En vadrouille à Paris, nous avons fait un petit passage par le Louvre pour découvrir ce mystérieux tableau qui fait déplacer autant de foule.

77 x 53 cm ! Quand je vous disais qu’elle était toute petite ! À ce moment précis, nous avions déjà patienté un certain temps et nous étions juste un vendredi… Je n’ose imaginer la foule pendant le week-end.

Et là, on dirait qu’il n’y avait personne sauf que cela poussait fort derrière moi !

En parlant de taille, il y en une qui était assez énorme, c’est celle de Jacques-Louis David avec sa toile, le Sacre de Napoléon. Rien à voir avec le tableau de Léonard de Vinci ! Effet de surprise garanti !

Une petite, une énorme, les bras m’en tombent…